33- MÉRIMÉE (Prosper) Ecrivain, historien…

Lot 118
500 - 600 EUR
Résultats sans frais
Résultat: 800 EUR

33- MÉRIMÉE (Prosper) Ecrivain, historien…

33- MÉRIMÉE (Prosper) Ecrivain, historien et archéologue français (1803-1870). 2 documents.

2 L.A.S. à Ivan Tourgueniev. Cannes, 2 décembre [1860]. 4 pp. in-8° (bifeuillet), initiales " B.D. " et Cannes, 10 décembre [1860], 4 pp. in-8° (bifeuillet bleu), gaufrées. Lettres publiées dans Une Amitié littéraire, Prosper Mérimée et Ivan Tourguéniev, p. 63 et p. 66.

Le 2 décembre, il donne sentiments sur certaines des oeuvres de Pouchkine ..." Je me plonge dans Pouchkine et j'essaie de traduire quelques-unes des pièces que vous m'avez lues (...) Me trompé-je [sic] en croyant que dans ?????? ???????? [Cavalier d'Airain], Pouchkine s'est appliqué à ne pas se servir que des expressions de l'usage le plus ordinaire, je dirais du style familier, probablement pour en tirer un contraste avec la poésie des idées ? de même que Hoffmann, dans ces contes fantastiques, amène le merveilleux après une peinture exacte et minutieuse de la vie réelle ? Il y a une comparaison magnifique de la Néva laissant sur ses rives les débris des maisons qu'elle a détruites, avec des brigands poursuivis, qui jettent une partie de leur butin "... Il lui demande des explications sur des traductions : " Est ce la traduction poétique des chansons de vos soldats, que Sobolevski "... Évoque un autre ouvrage de Pouchkine ..." j'ai relu avec soin et la plume à la main Le Prisonnier du Caucase. Je trouve cela un peu long. Ordinairement Pouchkine est d'une sobriété de détails singulière (...). A mon sentiment il est encore sous l'influence de Lords Byron (...). Je vois qu'il y a que trois ans d'intervalle entre le Prisonnier et les Bohémiens, mais il y a un changement immense dans la méthode "... Il argumente encore sa réflexion et cherche des réponses ..." Ce que je voudrais bien savoir, c'est en quoi se distingue le style, ou plutôt la langue de Pouchkine de celle de ses devanciers (...) Mais quelle était la langue de la littérature avant lui, je n'ai lu que quelques fables de Krylof et Ondine de Joukowshi et je ne sais qu'en penser. "... Il pose une dernière question ..." Savait-il l'allemand, et avait-il quelque goût pour la littérature allemande ? "... ; le 10 décembre, leur conversation sur la littérature se poursuit, Mérimée le remercie ..." Vous me faites une offre de traduction qui me ferait grand plaisir "... Il lui demande des conseils de lecture, souhaite poursuivre ses questions et émet des hypothèses ..." Vous me parlez d'une école qui aurait voulu prendre le russe ecclésiastique pour la langue de poésie. J'ai quelquefois trouvé des phrases de ce dialecte et je les ai comprises sans autre aide qu'un dictionnaire russe. Il y a donc un très grand rapport entre cette langue et la langue vulgaire (...). Je crois que vos moujiks entendent leurs prières, en slavon, et il y a bien peu de Palicares qui comprendraient un vers d'Homère. J'ai entendu dire à Sobolewski que le slavon était une mine où un poète russe (...). Il m'est très difficile de comprendre le mérite de Rouslan et Ludmila. Ce qui me semble probable, c'est que Pouchkine a voulu mettre en honneur les éléments populaires de poésie que tout pays possède "... Il conclut par une réflexion sur : " Gogol, dans le ??? [Vyi] me parait, sauf un peu trop de grotesque, avoir compris parfaitement comment il faut conter les histoires de revenants. "...



Expert: Céline Bertin (membre de la Compagnie Nationale des Experts)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue