27- MERIMEE - Comtesse MERLIN MÉRIMÉE (Prosper)…

Lot 112
300 - 350 EUR
Résultats sans frais
Résultat: 1 100 EUR

27- MERIMEE - Comtesse MERLIN MÉRIMÉE (Prosper)…

27- MERIMEE - Comtesse MERLIN

MÉRIMÉE (Prosper) Ecrivain, historien et archéologue français (1803-1870). 17 documents

17 L.A.S. à la Comtesse Merlin, Paris et (s.l.) dont 12 lettres datées entre 1832 et 1850*, 5 (s.d.), 26 pp., 4 demi-pages, 4 tiers de pages. Principalement format in-8 (une lettre in-12). * dates très probablement précisées par le docteur Maurice Pasturier.

Correspondance en partie amicale, les premières lettres traitent de la future publication de son ouvrage Souvenirs et Mémoires de Madame la Comtesse Merlin. Mérimée lui apporte son aide, "Vendredi prochain" [14 septembre 1832] il se plaint : " Le secrétaire de Mr. où je vis va faire un voyage de quelques jours pour les élections. Je suis obligé de le suppléer en son absence (...) C'est la pire corvée qu'on puisse subir. " ... ; [1835] Il n'a pu répondre à son invitation et continue sur sa rencontre avec des libraires ..." J'ai vu fournier et je lui ai parlé très vaguement du projet de réimpression que je vous soupçonnais " ... ; " Lundi matin " [1835] ..." Vous voyez Madame, que tous les libraires se ressemblent. En les voyant unanimes je commence a partager un peu leur opinion sur l'avantage qu'il y avait à publier tout ensemble. Quant au nom qu'ils demandent sur le titre il ne faut pas ajouter, grande importance à cette prétention qu'ils abandonneront quand ils verront qu'il faut s'y résigner. Dites moi Madame ce que je dois faire (...) toutefois, je vous engage à penser à l'avantage de publier les deux volumes à la fois. S'il ne fallait pas attendre le second trop longtemps. Je crois que pour la vente, style de libraire, il vaudrait mieux retarder un peu le premier "... ; " Mardi " [26 avril 42] il est extrêmement malheureux de ne pouvoir répondre positivement à l'invitation de la comtesse ..." C'est le 1er mai et je suis obligé de diner officiellement. Je veux dire chez mon ministre, l'épée au côté. Plaignez moi "... ; le 6 octobre [1844] il évoque son travail ..." j'avais des monuments qui appellaient à grands cris, menaçant de s'écrouler si je ne venais les voir. "... Il évoque les épreuves d'un ouvrage ..." j'avais laissé mes instructions au remplaçant de Grille, (...) lui ait remis les épreuves, je les aurais revues et vous les aurait renvoyés (...) mais il y avait si peu de chose à faire qu'en vérité, il était inutile de leur faire faire le voyage. Quant à la grande affaire dont vous me parlez (...) je suis à vos ordres. (...) le secret en ce qui me concerne sera bien gardé, mais je crois un peu les indiscrétions du libraire, intéressé évidement [sic] à nommer l'auteur des Portraits. (...) il faudra surtout s'apprêter a nier avec un aplomb sublime. (...) il faut marcher en avant tête baissée "... Il conclut sa lettre en donnant des nouvelles de leurs amis commun à Paris, évoque des projets de voyages, etc. ; le 8 février 1845, il lui explique clairement son refus : " Madame, les billets d'Académie se demande mais ne s'offrent pas. (...) avoir chaud et froid (...) pour le beau plaisir de voir un homme en habit brodé (...) et l'entendre dire des platitudes "... ; le 24 avril 1849 il lui annonce : " Je vais écrire à la bibliothèque avec fort peu d'espoir de réussir. Quant au Ms de Burkhardt, je ne crois pas possible qu'on le prête "... Il s'excuse à nouveau de ne pouvoir dîner ..." avec vous et la Ctess de Montijo "... ; le 20 juillet [1850] il évoque l'envoi d'un document : " Voici madame une pièce qui m'est envoyée de Barcelone sans un mot d'explication. C'est la charte latin qui légitime Cesar Borgia. Je doute que cela vous soit fort utile. Je ne sais s'il ont d'autres pièces touchant le personnage susdit mais je suppose qu'ils n'en ont pas autrement M. (Bofasall) aurait eu l'obligeance de m'indiquer ce qu'il propose "... ; MERLIN (Maria de las Mercedes Santa Cruz y Cardenas de Jaruco, Comtesse) femme de lettre Cubaine (1788-1852) L.A. (s.l.n.d.) 2 pp. in-4. Très probablement un brouillon de lettre au vu des nombreuses ratures et corrections. La comtesse laisse poindre son mécontentement, elle explique avoir ..." passé un bien mauvais moment en parcourant le 3eme volume, qu'en m'a en partie massacré. Non seulement j'y ai retrouvé avec peine les mauvais changements dont je m'étais déja plaint mais d'autres (...) qui ont dénaturé ma pensée et que j'avais corrigé dans l'épreuve (...) et je suis obligé de me plaindre de vous, pour m'avoir enlevé le droit qu'a tout auteur de donner la feuille a tirer "... Sur joint 2 documents : une lettre d'un éditeur, datée du 27 septembre 1835 à l'attention de Prosper Mérimée, traitant de l'édition de l'ouvrage de la Comtesse Merlin ; une copie au crayon d'une lettre de Prosper Mérimée datée du 12 juin 1844.



Expert: Céline Bertin (membre de la Compagnie Nationale des Experts)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue